• Accueil > 
  • Maison
  • Maison 
  • > Habiter dans une benne à ordures

Le 06 septembre 2013

Habiter dans une benne à ordures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le petit pied-à-terre de l'artiste Gregory Kloehn à Brooklyn passe complètement... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

  • Robert Macpherson

Le petit pied-à-terre de l'artiste Gregory Kloehn à Brooklyn passe complètement inaperçu, mais dans cette benne à ordures aménagée en appartement, on peut loger à deux et profiter du barbecue ou de la terrasse sur le toit.

«Dans la rue, si elle est fermée, vous ne soupçonnez pas que c'est un logement, vous pensez que c'est une poubelle», explique l'artiste californien de 42 ans à propos de son conteneur vert d'environ 2 m de côté.

«Si vous passez à côté, vous n'imaginez pas qu'il y a quelqu'un en train de dormir à l'intérieur. Même si le barbecue est en marche, en train de griller de la viande, les gens passent à côté sans se douter de rien, ils pensent juste que c'est une poubelle», ajoute Gregory Kloehn.

Ce dernier avait déjà converti des conteneurs maritimes en habitations quand l'idée lui est venue de travailler sur des «boîtes» plus petites.

«J'ai acheté une benne à ordures toute neuve et je l'ai installée en ville», raconte l'artiste, dont la maison en Californie est de taille beaucoup plus respectable. «Au début, je pensais en faire quelque chose de rustique, mais ensuite, j'ai pensé: «Pourquoi ne pas essayer d'en faire un endroit luxueux et habitable?» Donc, j'ai pris ce qu'on peut trouver dans une maison et j'ai réussi à tout mettre dans ce petit espace», dit encore Gregory Kloehn, en faisant le tour du propriétaire.

Le petit pied-à-terre de l'artiste Gregory Kloehn à Brooklyn passe... (Photo AP) - image 2.0

Agrandir

Photo AP

Toutes les commodités

La douche et le barbecue sont accrochés à l'extérieur de la benne, mais l'intérieur comprend un coin-cuisine, avec petit plan de travail en granit, un évier, un brûleur à gaz, du rangement et une glacière. De l'autre côté, des coussins garnis de cuir font le tour de «l'appartement».

Sous les sièges, plusieurs boîtes de rangement sont facilement accessibles, et l'artiste y a même casé des toilettes, que l'on peut raccorder à un système d'évacuation. Et si le tout est assez bas de plafond, l'isolation n'a pas été oubliée.

L'espace est compté, mais, après une rapide manipulation, Kloehn montre aussi comment on peut dormir à deux dans cette poubelle réaménagée. Quant à la petite terrasse sur le toit, elle permet de prendre le soleil et d'observer le voisinage.

«Pour l'électricité, tout ce que vous avez à faire, c'est de prendre une rallonge et de vous brancher, par exemple, à un Starbucks. La rallonge est fournie. Pour l'eau, vous avez une douche, on peut se laver, se raser», explique-t-il.

Dans un pays où la taille moyenne des maisons est de 241 m2, de plus en plus de gens n'en demeurent pas moins intéressés par des logements de taille plus modeste. Parmi eux, de nombreux baby-boomers qui cherchent des logements moins grands à l'heure de leur retraite.

«Il y a de plus en plus de constructeurs et de plus en plus de gens qui cherchent à habiter dans de petites maisons», déclare ainsi Ryan Mitchell, qui tient un blogue spécialisé dans le design et les petits logements. Et le mouvement serait encore plus important si le droit de la construction et les lois locales n'étaient pas si contraignants, estime-t-il.

«Plus la maison est grande, plus il y a de problèmes, fait valoir Gregory Kloehn. Il y a plus de frais, plus de choses à entretenir, et, finalement, vous allez remplir votre maison avec des choses inutiles», conclut-il en haussant les épaules.

Partager

publicité

Retour Haut

publicité

Les plus populaires »

Plus sur Les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer