Le 18 janvier 2013

Maisons adaptées: du soutien pour les travaux

Le programme d'adaptation de domicile (PAD) soutient toute... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le programme d'adaptation de domicile (PAD) soutient toute personne que son handicap limite dans les activités quotidiennes.

Photo: André Pichette, La Presse

(Montréal) Le programme d'adaptation de domicile (PAD) soutient toute personne que son handicap limite dans les activités quotidiennes, pourvu qu'elle fournisse un rapport d'ergothérapeute et qu'elle ne soit pas admissible à l'aide de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) ou de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). Le programme favorise le maintien à domicile, ce qui rend la personne plus heureuse et représente un bon calcul sur le plan des finances publiques.

Au cours des dernières années, le PAD a pris de l'ampleur, «passant de 685 personnes aidées, en 2007-2008, à 1293 personnes en 2011-2012, pour des subventions totalisant respectivement 9,5 millions et 20 millions», indique Alexandra Paré, de la Société d'habitation du Québec.

«Beaucoup de nos clients ont la sclérose en plaques, d'autres ont des enfants handicapés ou gardent un parent handicapé, explique Chantal Gareau, ergothérapeute, au CSSS des Sommets, à Sainte-Agathe-des-Monts. D'autres encore sont atteints de maladies rhumatismales, de la maladie de Parkinson, d'une maladie neurologique, de sclérose latérale amyotrophique ou de cancer. La somme accordée, sans rapport avec les revenus du requérant, dépend des recommandations d'aménagements faites par l'ergothérapeute.»

L'entrepreneur Léo Bérubé, qui travaille à temps complet pour le PAD, affirme que la majorité des contrats demande de 15 jours à 1 mois de travaux. «L'ergothérapeute détermine les besoins, l'inspecteur du PAD fait les plans et devis, et moi, je les exécute», résume-t-il.

Le travail consiste à faire des douches de plain-pied, à poser des barres d'appui, des barres rabattables et des contrôles thermostatiques aux robinets; à remplacer les portes-fenêtres par une porte avec seuil minimal, à changer les portes ordinaires (30 pouces de largeur) par des portes de 36 pouces, ou, si c'est impossible, par des portes de 34 pouces avec pentures à pivot décentré; à couler une base de béton à l'extérieur pour recevoir un élévateur. «Pour la salle de bains, je dégarnis murs et planchers, explique M. Bérubé. L'ergothérapeute m'indique où vont les barres d'appui et j'installe de grosses pièces de bois dans les murs à ces endroits, parfois des 2 par 12, si la personne est lourde. Le plus souvent, il faut rehausser la toilette et changer le meuble-lavabo, afin de dégager un espace pour avancer le fauteuil vers les robinets.»

À noter: il existe aussi un programme nommé Logements adaptés pour aînés autonomes (LAAA), pour les personnes à faible revenu de plus de 65 ans qui ont besoin d'aménagements requérant seulement des travaux mineurs (poser une barre de soutien ou une main courante, par exemple).

Partager

LaPresse.ca vous suggère

publicité

Retour Haut

publicité

Les plus populaires »

Plus sur Les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer