Le 22 juillet 2013

Îles de la Madeleine: blancs de blancs

  • La simplicité est parfois le meilleur moyen de mettre en valeur une maison et ses espaces. Surtout aux Îles, où les matériaux se... (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    La simplicité est parfois le meilleur moyen de mettre en valeur une maison et ses espaces. Surtout aux Îles, où les matériaux se...

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Îles de la Madeleine) Un vent de renouveau souffle sur les Îles de la Madeleine. Un vent venu de la mer, inspirant certains propriétaires qui restaurent avec brio leur demeure parfois fraîchement acquise. Nous avons visité trois maisons qui valent le détour.

PROJET 1

Blancs de blancs

Blanc? Oui. Du blanc. Brillant. Colette Chicoine en a vu des sourcils se froncer quand elle a annoncé aux peintres la couleur choisie pour les planchers de bois du vieux café couette qu'elle venait d'acheter à La Grave. «On me trouvait vraiment très bizarre, mais il fallait que je redonne de la lumière à la maison, alors j'ai décidé de faire du blanc mon thème». Exit la tapisserie à fleurs, les tapis à poil long et les rideaux sombres. Le blanc et le gris très clair ont tout contaminé. Les fenêtres ont été dénudées. Les zones d'ombre tenaces ont été balayées par un éclairage astucieux et de multiples insertions discrètes au plafond. De cette matrice allégée, Colette Chicoine était maître de tout faire... en vertu des limites propres aux Îles. «On m'avait dit qu'il n'y avait rien ici, pas de matériaux, mais j'ai décidé que ce ne serait pas une contrainte et que je ferais avec ce qui était sur place.» C'est-à-dire avec moins de bois franc, plus de métal, en récupérant et misant sur les artisans locaux. À l'étage, les tables de chevet des quatre chambres sont faites de casiers à homard recyclés.

Les tablettes sont en bois de grève récupéré sur la plage. Un grand miroir dissimule habilement un tuyau de chauffage. Ici, une chaise turquoise pimpante détonne. Là, c'est un coussin fuchsia. «Une fois que tout est blanchi, on peut s'amuser avec des couleurs vives», conseille cette designer. Avec en prime, des volets de bois peints en blanc et des rideaux de lin, on retrouve le chic discret des belles résidences de Bretagne.

Pour la salle à manger, un ébéniste madelinot lui a conçu une table réfectoire où une vingtaine de convives peuvent s'attabler sans avoir à jouer du coude. Joli clin d'oeil aux veillées d'antan où l'on jouait ici de la musique jusqu'au petit matin. Dans la cuisine, la desserte et les étagères en métal brossé s'harmonisent au gris clair des murs. La vaisselle blanche est à la vue des regards. Chaque chose est à sa place, aucune n'est de trop.

 

Partager

LaPresse.ca vous suggère

publicité

Retour Haut

publicité

Les plus populaires »

Plus sur Les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title