Le 22 juillet 2013

Îles de la Madeleine: le nouvel usage du magasin

  • Un long couloir de bois de 8 mètres unit les deux parties de cette maison parfaite pour accueillir des visiteurs. Fenestration généreuse, mobilier... (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Un long couloir de bois de 8 mètres unit les deux parties de cette maison parfaite pour accueillir des visiteurs. Fenestration généreuse, mobilier...

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Îles de la Madeleine) Un vent de renouveau souffle sur les Îles de la Madeleine. Un vent venu de la mer, inspirant certains propriétaires qui restaurent avec brio leur demeure parfois fraîchement acquise. Nous avons visité trois maisons qui valent le détour.

PROJET 2

Le nouvel usage du magasin

Des familles nombreuses, des maisons modestes aux chambres minuscules, des murs peu insonorisés : l'intimité n'était pas la plus grande qualité des maisons d'autrefois aux Îles de la Madeleine.

Or, c'est en s'inspirant de ce même patrimoine que le cabinet Yiacouvakis Hamelin a résolu le problème. Les architectes ont reproduit un « magasin », ce cabanon indépendant des maisons traditionnelles dans lequel on préparait le poisson, remisait le bois ou entreposait du matériel, pour agrandir une demeure centenaire sans dénaturer le paysage. Dans ce cas-ci, le « magasin » a été construit pour accueillir la chambre principale, relié à l'ancienne partie par un couloir de près de huit mètres, lui-même fermé par deux portes isolant la pièce de tout bruit.

Les invités logés dans la maison principale peuvent ainsi profiter du salon et de la cuisine sans craindre de déranger leurs hôtes. Une donnée d'autant plus importante que les amis de Montréal débarquent rarement pour une seule nuit aux Îles !

Le corridor suspendu a été orienté en ligne directe avec le sas d'entrée, telle une flèche qui aurait traversé la maison et son appendice pour les relier et n'en faire qu'une. Une bande de bois plus clair, dans le plancher sous la table à manger, et de la même couleur que celui du couloir, renforce cette impression.

Partout, la simplicité et la sobriété de la décoration séduisent : teintes claires, oeuvres québécoises judicieusement choisies, mobilier discret, fenestration ample. La cuisine est ouverte, on y prépare des scones au carvi sauvage récolté au pied de la butte, juste là, au bout du regard, en papotant avec les invités installés au salon. On a pensé à tout pour que l'hiver, quand les restaurants désertés sont fermés, on passe ici de longues soirées entre amis.

Partager

LaPresse.ca vous suggère

publicité

Retour Haut

publicité

Les plus populaires »

Plus sur Les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title