Sur le même thème

Le 30 octobre 2012

Tranquille en ville

À Montréal, une clôture soigneusement conçue et une fenestration bien étudiée... (Photo fournie par Daniel Kudish)

Agrandir

Photo fournie par Daniel Kudish

(Montréal) À Montréal, une clôture soigneusement conçue et une fenestration bien étudiée ont procuré confort et intimité aux occupants d'une maison située à une intersection fréquentée. Explications.

La propriétaire d'une petite maison en rangée, dans le quartier Ahuntsic, a lancé un défi à l'architecte Anik Péloquin: rénover tout en respectant un budget limité. Dans la foulée, cette maman de deux enfants désirait réduire le bruit à l'intérieur de sa propriété et préserver son intimité. Solutions? D'abord, pour les ouvertures de la façade latérale, côté rue, on a choisi un triple vitrage, qui offre une meilleure insonorisation. De plus, le verre de la fenêtre horizontale (pourvue d'une section ouvrante et qui donne sur la cuisine) est dépoli, ce qui met les occupants à l'abri des regards indiscrets.

Toujours dans le but d'éviter les vis-à-vis, Anik Péloquin a mis en place une clôture lisse à claire-voie, formée de planches de cèdre blanc resserrées. «J'ai laissé un espace d'à peine 6 mm entre les planches horizontales. Cela dissimule la cour aux yeux des passants tout en laissant circuler l'air. Les interstices rendent également le gauchissement du bois naturel moins apparent», explique-t-elle.

Aucune protection n'a été appliquée sur le bois de la clôture, ni sur celui qui cohabite avec la brique du parement de l'habitation. «Les matériaux naturels vieillissent bien», rappelle la conceptrice.

Autre caractéristique: la clôture, qui comprend une porte sur charnières et qui fait 1,8 m (6 pi) de hauteur, n'a pas été traitée comme un élément indépendant. Au contraire. «Non seulement la clôture touche la maison, mais elle fait partie intégrante de la composition des façades latérale et arrière, qui comportent des insertions de cèdre blanc», précise-t-elle. Enfin, la face intérieure de la clôture n'a pas été tapissée de planches. Les poteaux sont donc visibles lorsqu'on se trouve dans la cour. «Ce qui a évité une dépense supplémentaire, note l'architecte. De toute façon, ces poteaux permettent d'installer des guirlandes ou des ornements pour les partys et les fêtes d'Halloween ou de Noël...»

Partager

publicité

Retour Haut

publicité

Les plus populaires »

Plus sur Les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer